Tal Nitzan, “Le point de la tendresse” (Israël)

Le point de la tendresse “C’est ici le point de la tendresse,Même si le cœur en silencefut englouti dans la ville comme une pierre –sache que c’est le point de la tendresse. Donne-moi la main de par le monde.J’ai vu une mère parler avec haine à son enfanttuant des mots,j’ai vu un bâtiment se plier …

Tal Nitzan, “Le point de la tendresse” (Israël) Lire la suite »

Marc-Henri Arfeux, Verger du cercle dévoré (France)

Le deuil. Pays blanc « Il est nuit, ce matin par la blancheur / de ce brouillard », « en ce jardin d’hiver qu’est ma maison ». D’un poème à l’autre, la brume enveloppe le Verger du cercle dévoré, nie les distances et approche de si près son visage de mort que le poète ne voit plus que lui.Le …

Marc-Henri Arfeux, Verger du cercle dévoré (France) Lire la suite »

Sheila Hicks, Cordes sauvages Pow Wow (Etats-Unis, France)

4 novembre 2021 : Saison précise sur le mur, la vignetels le sang et le feu qui se figent.C’est pourtant vers le rougeque le cœur se réchauffeaccroissant sa lumière entrouvrant sur le murune idée folle de ciel et d’incendie. Sheila Hicks, Cordes sauvages Pow Wow, 201526 éléments, 250 x 20 cm, coton, laine, soie, bambou, …

Sheila Hicks, Cordes sauvages Pow Wow (Etats-Unis, France) Lire la suite »

Lili Frikh, “Bleu, ciel non compris /N°054” (France)

“Dieu me manque. A la place j’ai un Bleu.Je l’appelle “Turquoise”.Un Bleu profond, dès la surface.Bleu la couleur. Profond le trou.Je dis “Mon Bleu”. Je ne dis pas ma robe.Même plus mon amour.Je suis sans “il y a”. Dans cette carence infinie.Je veux “Mon Bleu”. Il m’en faut.Plus que du Potassium.C’est comme ça qu’il existe. …

Lili Frikh, “Bleu, ciel non compris /N°054” (France) Lire la suite »

Alain Roger, “Dans le jardin soustrait à l’horizon” (France)

“Le jardin donne une forme au temps, offrant sa prise tremblée à cette immense force dont je ne sais rien dire d’autre que : elle existe et traverse toute chose et tout être. Poussées, éclosions, déploiements, flétrissures, mûrissements, mais aussi pourritures, inclinaisons lumineuses, … le temps s’incarne en menus détails que la fréquentation quotidienne du …

Alain Roger, “Dans le jardin soustrait à l’horizon” (France) Lire la suite »

René Depestre, « Libre éloge de la langue française » (Haïti)

«  De temps à autre il est bon et juste de conduire à la rivière la langue française et de lui frotter le corps avec les herbes parfumées qui poussent bien en amont de nos vertiges d’ancien nègre marron. (…) Mes mots de vieux nomade ne regrettent rien, ils galopent de cicatrice en cicatrice jusqu’au bout …

René Depestre, « Libre éloge de la langue française » (Haïti) Lire la suite »